Orientations Secteur Langue(s)Rhône-Alpes


Dialangues 6-7  “Explolangues”  Rubrique : Le Secteur, sa vie son œuvre

RHÔNE-ALPES 1987

Extraits d’une communication de Colette Castelly, professeur d’espagnol, au Colloque “Économies Et Culture en Rhône-Alpes” au cours du 3ème carrefour intitulé “École, langues et cultures régionales”, communication qui présentait les principales orientations du Secteur Langue(s) du G.F.E.N. de la Région.


Le Secteur Langue(s) est engagé dans un travail de recherche, d’invention de pratiques de réussite
dans l‘apprentissage des langues y compris la langue maternelle, de publication (Revue Ouverture-Langue). Les titres des deux derniers numéros indiquent nos directions de travail : “le parti—pris de la réussite” et “Parler vrai”. Les pratiques que nous décrivons dans cette revue sont le fruit de recherches et d’analyses sur lesquelles je vais m’appuyer pour apporter ma pierre à notre réflexion. Ces pratiques sont sous-tendues par un parti-pris éminemment positif sur l’homme (Tous capables, tous créateurs) et des valeurs de solidarité, égalité et justice sociale.
La langue joue un grand rôle dans la sélection à l’école. L’idée que l’école véhicule sa propre langue est devenue un lieu commun. La langue est pour certains la Langue avec un grand L, trônant au milieu de sous—langues (langues populaires, argot, patois et jargons divers). Pour d’autres, la langue est une langue normalisée, académique, une langue parmi d’autres, compte-tenu que chaque groupe social professionnel confessionnel ou autre se repère par la langue qu’il parle. En d’autres termes: “Dis-moi quelle langue tu parles, et je te dirai qui tu es.” La langue de l’école serait le modèle à imiter pour accéder à l’élite sociale.
Je voudrais revenir sur ce qu’est la langue, ou du moins en donner une définition, avant d‘analyser les termes de rapport social à la langue puis de rapport à l’école. Dans un dernier temps, j’exposerai les pratiques pédagogiques qu’impliquent ces analyses.

Qu’est-ce que la langue, au sens large (langage, mots, paroles, discours)?

Vygotski, dans Pensée et langage, analyse la relation entre langage et pensée. La pensée se complexifie corrélativement à l’activité langagière et à la formation de concepts. Cette complexification de la pensée a été rendue possible par la libération de la bouche de sa fonction de préhension. Les concepts élaborés dans les différentes langues, exprimés en mots, traduisent un rapport au monde. Quoi d’étonnant qu‘il y ait l7 mots chez les Esquimaux pour désigner la neige? De même,
comme l’explique Whorf dans Langage, pensée et réalité : perdre une langue, fût-elle régionale, c’est effacer un type de rapport au monde modelé par l’histoire des hommes, c’est amoindrir la pensée universelle. Apprendre la langue des autres, c’est pouvoir regarder le monde autrement, c’est apprendre à respecter les autres. Une langue nationale, régionale, étrangère, est formée entre autres de concepts sur lesquels s’opère un consensus : un arbre, une maison.. Apprendre sa langue, c’est l’enrichir de concepts nouveaux, en maîtriser le sens, pour de bon, en situation d’action. Apprendre sa langue à l’école, c’est construire le sens des choses afin de permettre l’échange, la communication au sein d’un groupe.
Il n’en est pas moins vrai que chaque personne entretient un rapport imaginaire, affectif pour tout dire, un rapport personnel au monde, découpe le réel à sa façon en donnant un sens personnel aux mots. Par là-même, la communication ne se réduit pas à un encodage/décodage de messages (erreur funeste de nos méthodes audio-visuelles). On peut conclure de ce point que l’identité de la personne est inscrite dans sa langue. Laisser mourir une langue, c’est amputer les
individus de ce qui fait leur identité.
Le choix de l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’arabe, le russe ou l’occitan pour son enfant qui entre en 6ème traduit les représentations que nous avons des différentes langues. Ces représentations mises bout à bout peuvent rendre compte de ce que j’appellerai le rapport à la langue. Une langue peut servir de véhicule, peut être uniforme, rigoureuse, sélective, valorisante ; la langue, c’est l’identité des gens, leurs racines culturelles, c’est la langue des dominants ou des dominés… Nous entretenons un rapport particulier aux langue étrangères, et a fortiori à notre langue maternelle.

Un rapport social à la langue

Annie Ernaux, dans La Place, analyse fort bien cette idée de rapport social à la langue. Le Docteur, le père d’Annie Ernaux, et elle-même, jeune collégienne issue d’un milieu populaire, entretiennent des rapports différents (voir texte en Annexe). Dans ce texte apparaît avec force l’opposition entre la langue dominante et la langue des dominés, et l’intériorisation d’une infériorité par ceux qui parlent la langue du peuple. Une langue est incarnée dans le vécu social des individus ; son accent, sa mélodie sont aussi des marques identitaires du groupe. Il faut en finir avec une langue normalisée et travailler le champ multiple des langues (langue des gens du Sud ou du Nord, des émigrés ou des milieux bourgeois), sans discrimination. Parler, produire du sens, c’est aussi prouver son existence, défendre un rôle, une image de soi, un statut social, c’est prendre pouvoir. On parle en fonction du destinataire, de sa réaction ; les élèves l’ont parfaitement intégré, qui parlent et souvent se bloquent en fonction de la réaction prévisible du maître. Un apprentissage des langues qui fait l’impasse sur ce qui se joue dans la prise de parole court le risque de rester extérieur au sujet, de faire de la langue une discipline comme une autre alors qu’elle vous fait être et vous fait naître aux autres.
Nous venons d’analyser le rapport individuel et social à la langue. Celle-ci s’inscrit à son tour dans un rapport social à l’école, rapport différent selon les milieux d’origine. Le texte tiré de La Place est assez explicite à ce sujet. L’école est trop souvent un monde clos, avec ses règles, ses codes, où l’on fait semblant, où l’on apprend pour plus tard, où le rapport au savoir et à la culture est majoritairement discursif et trop rarement un rapport à l’action. Quoi d’étonnant à ce que les jeunes
de milieux populaires ne s’y sentent pas à l’aise ?
D’autre paramètres entrent en ligne de compte dans la sélection, comme le jeu des attentes sociales positives ou négatives. Bernard Charlot analyse fort bien cela dans un article au titre évocateur : “Je serai ouvrier comme papa”. Je signalerai au passage la sortie aux Éditions Sociales du livre L’orientation scolaire en question (collectif, Secteur C.I.O. Du GFEN), qui analyse ce jeu des attentes sociales et propose des pratiques pour les mettre à nu. Je limiterai mon propos au champ de la langue et dirai que si nous voulons en finir avec une conception étroite de l’enseignement de la langue maternelle, régionale ou étrangère, il nous faut prendre en compte la dimension de la personne dans les apprentissages, son imaginaire, le mettre en travail avec les mots, prendre en compte les rapports sociaux et la diversité des milieux, réconcilier savoir et savoir-faire. Faire de l’école un lieu de vie et de production de savoirs et, pour ce qui nous occupe, un lieu de production de langue. Cette notion nous paraît essentielle car elle permet de mettre en évidence que dans la production de langue, orale ou écrite, quand elle n’est pas factice, ce ne sont pas les éléments proprement linguistiques qui sont les premiers
déterminants, mais bien plutôt les éléments situationnels du type :

-à qui je parle ou j’écris ( le destinataire) ;
-quel est l’enjeu de ma parole, ce que je vais transformer ;
-quel plaisir j’éprouve.

C’est grâce à ces éléments-là que, bien au-delà d’un intérêt flou, le locuteur s’implique profondément ou non dans le travail de langue, orale ou écrite, éprouve le besoin de s’approprier les outils qui lui manquent. L’élaboration de projets gérés par les élèves et dans lesquels les multiples usages de la langue sont mobilisés, est également importante. Car le travail en projets donne un sens aux apprentissages et, dans certains milieux, les milieux populaires surtout, on aime bien travailler et
voir un résultat tangible, parler… pour de bon.

Annexe

Le patois avait été l’unique langue de mes grands-parents.
Il se trouve des gens pour apprécier le “pittoresque du patois” et du français populaire. Ainsi Proust
relevait avec ravissement les incorrections et les mots anciens de Françoise. Seule l’esthétique lui
importe parce que Françoise est sa bonne et non sa mère. Que lui-même n’a jamais senti ces
tournures lui venir aux lèvres spontanément.
Pour mon père, le patois était quelque chose de vieux et de laid, un signe d’infériorité.il était fier
d’avoir pu s’en débarrasser en partie, même si son français n’était pas bon, c’était du français. Aux
kermesses d’Y…, des forts en bagout, costumés à la normande, faisaient des sketches en patois,
le public riait. Le journal local avait une chronique normande pour amuser les lecteurs. Quand le
médecin ou n’importe qui de “haut placé” glissait une expression cauchoise dans la conversation
comme “elle pète par la sente” au lieu de “elle va bien”, mon père répétait la phrase du docteur à
ma mère avec satisfaction, heureux de croire que ces gens-là, pourtant si chics, avaient encore
quelque chose de commun avec nous, une petite infériorité. Il était persuadé que cela leur avait
échappé. Car il lui a toujours paru impossible que l’on puisse parler “bien” naturellement. Toubib ou
curé, il fallait se forcer, s’écouter, quitte chez soi à se laisser aller.
Bavard au café. en famille, devant les gens qui parlaient bien il se taisait, ou il s’arrêtait au milieu
d’une phrase, disant ‘n’est-ce-pas” ou simplement ‘pas’ avec un geste de la main pour inviter la
personne à comprendre et à poursuivre à sa place. Toujours parler avec précaution, peur indicible
du mot de travers, d’aussi mauvais effet que de lâcher un pet.
Mais il détestait aussi les grandes phrases et les expressions nouvelles qui ne “voulaient rien dire”.
Tout le monde à un moment disait: “Sûrement pas” à tout bout de champ, il ne comprenait pas
qu’on dise deux mots se contredisant. A l’inverse de la mère, soucieuse de faire évoluée, qui osait
expérimenter, avec un rien d’incertitude, ce qu’elle venait d’entendre ou de lire, il se refusait à
employer un vocabulaire qui n’était pas le sien.
Enfant quand je m’efforçais de m’exprimer dans un langage châtié, j’avais l‘impression de me jeter
dans le vide.
Une de mes frayeurs imaginaires, avoir un père instituteur qui m’aurait obligée à bien parler sans
arrêt, en détachant les mots. On parlait avec toute la bouche.
Puisque la maîtresse me “reprenait”, plus tard j’ai voulu reprendre mon père, lui annoncer que “se
parterrer ” ou “quart moins d’onze heures” n”existaient pas”. Il est entré dans une violente colère.
Une autre fois : “comment voulez-vous que je ne me fasse pas reprendre si vous parlez mal tout
le temps !”Je pleurais. Il était malheureux. Tout ce qui touche au langage est dans non souvenir
motif de rancoeurs et de chicanes douloureuses, bien plus que l’argent”
Annie Ernaux, La Place.