Explolangue Texte A IO Anglais 1977


A

L’enseignement des langues vivantes au collège ne saurait plus aujourd’hui être considéré uniquement comme moyen de la formation intellectuelle et culturelle de l’individu. Il a aussi un intérêt immédiat, celui de favoriser les relations des habitants de notre pays avec l’étranger, et de leur permettre de mieux se situer dans le monde contemporain.
Dans la mesure où la mission du collège, compte tenu de la scolarité obligatoire pour tous, est de donner à chaque jeune Français une formation de base, préparant à la vie active, le premier objectif de l‘enseignement des langues à ce niveau est d’ordre pratique : comprendre un interlocuteur, parler, puis lire et écrire une langue étrangère usuelle, dans sa forme actuelle : être capable d’une communication sur des faits et des idées d’un niveau et d’une portée liés à l’âge de l’enfant.
Au cours des deux premières années [cycle d’observation) on insistera en priorité sur l’acquisition des automatismes phonétiques et structuraux, combinés a un minimum de connaissances lexicales indispensables à l’expression personnelle en situation, notamment dans ses formes orales les plus courantes. L’école s‘efforcera de créer, par tous les moyens dont elle dispose, des conditions qui ressemblent le plus possibIe à celles que présente la vie, en particulier la diversité des situations, leur changement souvent rapide et imprévisible.
Les deux années suivantes (cycle d‘orientation) viseront le même objectif pratique, mais en enrichissant progressivement les connaissances linguistiques dans tous les domaines, selon un ordre d’urgence psychologique, et non encyclopédique. La part de l’écrit y sera développée. La maîtrise de 2 à 3000 mots et expressions semble pouvoir y être assignée comme objectif à l’issue des quatre années de collège.
La réflexion grammaticale se développera progressivement au cours des quatre années de collège. En règle générale elle se fera a posteriori, sur des faits de langue dont la pratique active aura assuré au moins un commencement d’assimilation. Dans des éclaircissements donnés avec sobriété, le professeur pourra mettre en lumière des notions de nature à faciliter l’étude d’autres langues ; les analogies et les différences avec la langue maternelle pourront également être brièvement évoquées quand les élèves auront acquis une compétence suffisante.
La progression générale adoptée et le point d‘insertion d’un entraînement méthodique à la traduction tiendront compte des caractère spécifiques de la langue étrangère enseignée.
Il reste que l’objectif proprement linguistique ne saurait être dissocié d’un objectif plus largement culturel. Toute langue est le véhicule d’une ou de plusieurs cultures nationales. Lier l’acquisition linguistique à la découverte des civilisations étrangères est une école de compréhension de tolérance, de sympathie. Par ailleurs, l’enseignement des langues vivantes doit contribuer comme tous les autres à atteindre l’objectif général de l‘éducation qui est l’épanouissement de la
personnalité de l’individu au sein du groupe humain, ainsi que la formation du caractère par la pratique consentie de l’effort. L‘exploration de textes simples (narratifs, descriptifs, dramatiques, poétiques), commencée dès le cycle d’observation, permettra de développer l’expression affective et rationnelle, à un niveau encore élémentaire. On présentera notamment sous une forme accessible, des aspects caractéristiques de la réalité de la vie quotidienne, et du comportement des peuples dont on étudie la langue.

1/ Vous êtes séduit(e) par les perspectives équilibrées de ce jardin à la française : allez en G.

2/ Trop beau pour être vrai, pensez-vous : allez en D.